Image du titre

5 réflexes à adopter en marketing digital et en e-commerce pour 2022

5 réflexes à adopter en marketing digital et en e-commerce pour 2022

En ce début 2022, les équipes marketing et e-commerce doivent appuyer sur les bons boutons afin de doper les revenus de l’entreprise. Cinq actions clés sont à renforcer ou à préparer cette année en s’appuyant sur la technologie. Cela concerne le fait de faciliter le paiement de ses clients en plusieurs fois, le développement du social commerce en s’appuyant directement sur les plateformes sociales, le renforcement de l’automatisation des tâches marketing internes, la poursuite du test des alternatives aux cookies tiers pour la publicité et l’exploration des possibilités du métaverse, les jeux vidéo et les NFT en tête.

 

Jouer la carte du ‘Acheter maintenant et payer plus tard’

En 2022, proposer de fractionner le paiement des clients sur internet a le vent en poupe. La tendance est à mettre en place le ‘Buy Now Pay Later’ sur son site e-commerce pour faciliter et doper ses ventes. En témoigne la fintech suédoise Klarna, créée en 2005, qui propose ce type de services. Elle a vu son activité décoller et est désormais valorisée 45 milliards de dollars à la suite de sa levée de fonds de 524 millions d’euros en juin 2021. « Les clients en ont assez des crédits revolving et ont besoin de plus de transparence » souligne le DG et fondateur de Klarna.

 

Ce mode de paiement différé permet aux clients de régler leurs achats en plusieurs fois

Le domaine aiguise les appétits chez les fournisseurs de crédit à la consommation, tels que le français Younited Credit. Ce mode de paiement différé permet aux clients de régler en plusieurs fois leurs achats souvent de manière hebdomadaire ou mensuelle. Le BNPL ‘Buy Now Pay Later’ leur offre ainsi une certaine garantie puisqu’ils paieront après réception. C’est aussi un encouragement à consommer via un crédit sans intérêt ou aux frais plus clairs.

 

Klarna permet de régler ses achats en plusieurs fois
Simple et instantané pour le consommateur, le BNPL est en pleine croissance. Les commerçants sont payés à la commande et le risque d’impayé est assumé par le prestataire du Buy Now Pay Later. Des banques et des fintechs proposent ce service aux commerçants via un abonnement. Avec une croissance à deux chiffres en 2020 et de fortes levées de fonds pour le secteur de la Fintech, le marché du Buy Now Pay Later est en plein développement dans certains pays européens et devrait logiquement s’accroitre en France.

 

Développer toujours plus le social commerce

La vente depuis les réseaux sociaux gagne en importance. L’utilisation des réseaux sociaux pour faire de la vente directe de produits est en progression constante. Selon la société d’études Yougov, 1 Français sur 3 a déjà acheté un produit via un réseau social. La tendance est même supérieure chez les plus jeunes, les 18-24 ans qui sont 38% à avoir consommé via ce canal.

Les réseaux sociaux Facebook, Instagram et Tiktok proposent des fonctions de vente

Le social commerce ou social shopping proposé aux marques par les réseaux sociaux – Facebook, Instagram ou Tiktok – présente un certain nombre d’avantages et d’inconvénients. C’est en Chine que le social média est le plus employé comme canal de vente à l’instar de l’usage de plateformes de type WeChat de Tencent.

 

TikTok monte en puissance dans le e-commerce / TikTok étoffe les dispositifs de mise en avant des marques
Il s’agit d’espaces commerciaux faciles à installer mais quand même limités en fonctionnalités. Le ciblage peut être précis mais il est à optimiser par des achats de messages publicitaires. Les audiences sont très larges mais la concurrence devient grandissante. Ceci posé, le social commerce s’affirmera toujours plus comme un outil indispensable à une stratégie marketing omni-canal.

 

Renforcer l’automatisation du marketing pour gagner du temps et de l’argent

Avec l’accélération de la digitalisation de la société et la massification des échanges, automatiser la connaissance client est un facteur clé de succès. Dans leurs interactions avec le grand public comme avec leurs clients professionnels, une majorité d’entreprise s’est donc équipée de logiciels de gestion de la relation client (GRC ou CRM).

 

L’automatisation du marketing nécessite de procéder régulièrement à la mise à jour des outils

Trois entreprises sur quatre (78 %) ont indiqué avoir recours à l’automatisation en 2021 selon une étude européenne d’Hubspot, éditeur de logiciels pour le marketing. Le marketing est le secteur d’activité qui a fait le plus appel à l’automatisation toujours selon cette étude. Les priorités des marketeurs vont à la gestion des tâches (58%), l’automatisation des contenus (42%), et le déploiement de chatbots (31%). De manière générale, l’automatisation du marketing est une tâche récurrente, et nécessite de procéder régulièrement à la mise à jour des outils afin de répondre aux nouveaux enjeux.

 

Les plateformes de données marketing des entreprises sont un assemblage de solutions de vendeurs et internes
A noter qu’en 2021, trois marketeurs sur quatre (77 %) ont observé davantage d’engagement de la part des internautes par e-mail que lors de l’année précédente. Moins de mails sont envoyés chaque semaine par ces marketeurs qui privilégient dorénavant la segmentation, la personnalisation et l’automatisation. L’emailing optimisé par un logiciel de CRM demeure une valeur sûre d’une stratégie de fidélisation de clientèle en 2022.

 

Une année d’expérimentations avant la fin des cookies

La grande transformation des méthodes de ciblage des internautes n’aura pas lieu cette année. Les marketeurs doivent toutefois continuer à se préparer pour 2023, année où Google supprimera l’usage de cookies tiers sur son navigateur Chrome qui détient 65% du marché mondial des navigateurs web. Annoncée en août 2019, cette mesure devait s’appliquer en 2022.

Véritable bouleversement pour l’écosystème de marketing digital et de la publicité qui reposait sur cette technologie de recueil de données, la fin des cookies tiers peut être présentée comme une évolution vers un web plus protecteur souhaité par le grand public et exigé par les réglementions récentes. Mais les propositions de remplacement des cookies tiers par Google et reposant sur des systèmes de groupes ou ‘cohortes’ d’internautes ne font pas l’unanimité. Les éditeurs de contenus, les agences, les annonceurs et les plateformes sont à la recherche d’alternatives afin d’analyser les audiences, de tracer les internautes et de les cibler avec de la publicité.
Les alternatives au cookie tiers sont en cours d’élaboration notamment avec l’usage d’identifiants alternatifs et l’analyse de la navigation des internautes pour du ciblage contextuel et sémantique. On citera également les ‘Data Clean Room’. Les données first party reviennent en même temps sur le devant de la scène, chaque entreprise ayant intérêt à étoffer son lien direct avec ses clients. L’année 2022 sera cruciale pour assembler une solution technologique et métier répondant aux enjeux des annonceurs et des agences médias.

L’écosystème digital est à la recherche d’alternatives afin de tracer les internautes et de les cibler avec de la publicité

Source : www.larevuedudigital.com/
Auteur : Vincent Biard
Date de publication : 3 janvier 2022



Vous avez une idée, un projet ?

L'équipe de Z-INDEX se tient à votre disposition.

Contactez-nous